Association pour la Protection des Eaux

de La Haute-Vallée de L'Orbe

Soyez les bienvenus !


On en parle...

Plan de réduction des pesticides en Suisse


FSP
FSP

Une excellente limite minimum pour les micro centrales hydro-électriques



Actus

Au secours de l'Orbe supérieure

19 mai - Le PEHVO est l'invité de l'émission "Intervalle" sur Val TV

Le PEHVO (Groupe franco-suisse pour la Protection des Eaux de la Haute Vallée de l’Orbe) est toujours inquiet pour la santé de l’Orbe Supérieure. En cause, notamment, la température de l’eau parfois trop élevée qui menace la faune de cette rivière autrefois très poissonneuse.

 

“Boisement de l’Orbe supérieure ? De l’ombre pour les poissons !”, l’interpellation du député Bonny, s’est soldée début 2016 par un refus du Conseil d’État de boiser les rives de l’Orbe. Les autorités vaudoises donnent en revanche leur feu vert pour un projet pilote.

________________________________________

17 mai - L'Orbe supérieure dans tous ses (mauvais) états

 

«Si l’année dernière, l’on parlait des débits de l’Orbe historiquement hauts qui ont marqué l’été 2014 (des pointes à plus de 5 m3/s), je commencerai ce rapport 2015 avec le triste record de 7 l/s, enregistré à la frontière suisse le mercredi 12 août 2015 en fin de journée. Touchée de plein fouet par le changement climatique, l’urbanisation et la pression humaine en général, jamais, à notre connaissance, l’Orbe n’a connu pareille situation d’étiage»… Tels sont, en substance, les propos tenus par le président du PEHVO Joël Meylan en introduction de l’Assemblée générale du 13 avril dernier.

 

Est-ce à dire que depuis l’été passé, les choses sont rentrées dans l’ordre et que la rivière coule des jours heureux, bien au frais dans son lit? Tant s’en faut puisque la santé du cours d'eau n’a de cesse de se détériorer… Mauvaise régulation des débits, non-respect des bassins versants, hausse constante des températures, pollutions récurrentes et autres incidents ponctuels sont les causes principales de cette triste et inexorable évolution.

 

Au chevet de L’Orbe supérieure depuis neuf ans, le PEHVO n’a pourtant de cesse de tirer la sonnette d’alarme, de tenter de battre le rappel et de maintenir le fil tendu entre les autorités, les différents services de l’état (CH et F) et la presse sans pour autant voir la situation véritablement changer.

 

Le PEHVO sur tous les fronts

 

Forte d’une centaine de membres, notre association peut cependant compter sur le soutien marqué des deux députés combiers, Nicolas Rochat-Fernandez et Dominique Bonny, ce dernier accentuant régulièrement la pression en multipliant les interpellations au Château.

 

Outre ces interventions qui en 2015 ont plus spécialement concerné le boisement des rives de l’Orbe et la problématique des bassins versants, les actions relayées par le PEHVO se concentrent, encore et toujours, sur le suivi de dossiers sensibles. A savoir le respect de la convention franco-suisse signée en 2013 par les communes de La Vallée et celle des Rousses et, plus récemment, sur l’analyse des rapports et données relatifs à celle-ci (régulations des débits, températures, état sanitaire, etc.).

 

A cela viennent s’ajouter, les différentes démarches liées au renforcement des synergies existantes avec les deux parcs naturels régionaux (PVJ et PNRHJ), les réactions aux pollutions à répétition du Bief Dernier à Bois-d’Amont et l’attention toute particulière portée aux bonnes pratiques agricoles et industrielles (épandages, rejets sauvages, etc.). A noter encore que, suite aux récentes élections communales, le PEHVO se penche sur la redéfinition d’un partenariat avec les GRIM, groupe intermunicipal transfrontalier mis en place en son temps pour veiller à une saine gestion de l’épuration des eaux.

 

Des tourbières…

 

«Pour le citoyen lambda, la problématique de l’Orbe peut paraitre extrêmement complexe. Pour arriver à vulgariser, à prioriser, à planifier, à fonctionner en format conduite de projet avec les indicateurs appropriés, il nous manque un pilote, c’est indéniable. Nous espérons vivement qu’une prise de conscience assortie de pragmatisme, décide enfin nos instances politiques à lancer un projet Interreg», a aussi souligné Joël Meylan.

 

C’est dans ce même souci de vulgarisation que le PEHVO a décidé, cette année, de prolonger son Assemblée générale par une séance d’information publique.

 

Parole a ainsi été donnée à Pierre Durlet, chargé de mission au PNRHJ, lequel s’est attaché à résumer les différentes démarches relatives à L’Orbe supérieure actuellement en cours.

 

Parmi celles-ci, l’on notera l’avancement du programme de réhabilitation fonctionnelle des tourbières de la Vallée de L’Orbe (voir l'annexe ci-dessous). C’est aux rôles multiples qu’elles jouent, spécialement dans le cycle de l’eau, mais encore comme sources d’informations paléoclimatiques, comme puits de carbone et vis-à-vis de l’intérêt paysager qu’elles représentent, que ce vaste projet est consacré. Une attention importante est également portée à l'hydrologie, clef du fonctionnement de ces milieux particuliers.

 

De manière plus ponctuelle, le PNRHJ a décidé de supprimer le seuil au lieudit «La Scie Neuve» (commune de Bois-D’Amont), celui-ci étant infranchissable par les poissons remontant frayer. Par ailleurs, le parc est aussi intervenu auprès des municipalités de Saint-Cergue et des Rousses suite aux pollutions du Bief Dernier.

 

… à la renaturation

 

L’intervention du second invité, Patrick Durand, directeur du bureau ECOTEC à Genève, a, quant à elle, porté sur la renaturation des cours d’eau et les diverses problématiques transfrontalières que celle-ci peut engendrer.

 

Pour ce dernier, L’Orbe supérieure est dans un état général très inquiétant et il est fort à parier que si des actions ne sont pas entreprises rapidement, la dégradation de la santé du cours d'eau va s'accélérer. Cette situation n’ayant, hélas, rien d’exceptionnel, Patrick Durant n’a pas manqué de proposer quelques solutions appropriées et déjà mises en œuvre sous d’autres cieux.

 

La renaturation bien pensée du canal du Sentier et la protection des affluents seraient ainsi les premières mesures à prendre pour pallier au plus pressé…

 

Le PEHVO

17 mai 2016

 

Annexe

La réhabilitation fonctionnelles des tourbières



Divers

Les pêcheurs aménagent l'habitat

26 août - Journée suisse de la pêche